L’appareillage : fonction symbolique

Élaborations

Par Ianis Guentcheff, psychologue clinicien (ADIR).

Texte présenté lors de la 6e Journée de l’ADIR. Les prénoms des enfants ont été modifiés pour préserver leur anonymat. Retrouvez cette présentation et sa discussion en vidéo en cliquant ici.

Mon intervention est titrée « fonction symbolique ». Cet accent sur le terme de fonction est là pour dire que le symbolique, incluant le champ du savoir, n’a rien d’un champ neutre que l’intellect devrait conquérir, ce que, dans le champ scolaire, on appelle les « acquisitions ».

Retour sur la journée du 3 décembre 2016

Les Journées de l'ADIR

photo-vincent-bertoux-1050068-copie

Vingt ans après sa première journée d’études cliniques, l’ADIR ouvrait le 3 décembre 2016 au matin sa 6e Journée, devant l’amphithéâtre plein du cinéma Henri Verneuil, à La Valette-du-Var. La question des appareillages du corps a pu être dépliée au fil des réflexions théoriques, des discussions cliniques et de la conférence de l’invité de cette année, Alexandre Stevens, psychiatre, psychanalyste, fondateur et directeur thérapeutique de la fameuse institution du Courtil, en Belgique. Retour en vidéos sur les moments forts de cette Journée.

3 décembre 2016 : Les appareillages du corps

Les Journées de l'ADIR

photo-vincent-bertoux-1050068-copie

Les appareillages du corps : c’est la question que vous propose d’aborder la 6e Journée de l’ADIR, le samedi 3 décembre 2016, à l’espace culturel Albert Camus (La Valette-du-Var). Au programme : des exposés et conversations cliniques et une conférence de l’invité de cette journée, Alexandre Stevens, psychiatre et psychanalyste à Bruxelles, directeur thérapeutique du Courtil, institution pour enfants et jeunes psychotiques et autistes.